Je revois tes yeux clairs, maman…

…Et je songe à d’autres Noëls blancs. J’aime les paroles de cette chanson que tout le monde connaît, j’en aime aussi la musique. Il y a des chansons comme ça qui me rappellent Jeanne, ma mère, quand elle chantait en s’accompagnant au piano, dans le temps où les Noëls étaient toujours blancs – et si parfois ils ne l’étaient pas, ma mémoire les a effacés!

Jusqu’aux dernières années de sa vie, quand elle était encore « maîtresse de sa maison », maman chantait fréquemment. Parfois elle fredonnait doucement en travaillant et quand elle en avait le temps, elle s’asseyait au piano et chantait de sa jolie voix claire. Les deux chansons du temps des Fêtes que je lui ai entendu chanter le plus souvent, c’était Je ne crois plus au Père Noël, un des succès de Lucienne Boyer, artiste très en vogue au cours des années 30-40, et La Légende des roses, une très vieille chanson dont j’ignore la provenance et qui n’est même pas au répertoire de La Bonne Chanson.

La Légende des roses, c’est l’histoire d’une petite marchande de fleurs qui est bien triste car, comme le dit la chanson : « Sur moi le malheur se déchaîne… car elle est morte, la saison, où je vends des fleurs à la ville… je meurs de froid dans ma maison… »

Mais, un peu comme dans La dernière bûche, dont je vous ai parlé il y a quelque temps, la jeune fille rencontre un petit enfant en pleurs parce qu’il a froid et qu’il semble n’avoir personne qui l’attend, ni aucun endroit où aller. La fillette recueille donc ce petit garçon, encore plus misérable qu’elle et lui dit : « Viens te blottir tout près de moi, je te cacherai sous ma mante. » 

Le troisième couplet nous éclaire sur l’identité du petit garçon : « Soudain, à ses yeux éblouis et comme en un vrai sortilège, des milliers de roses en tapis, s’épanouirent sur la neige.  Et l’enfant dit : je suis Jésus, je veux partager ta misère, fillette, allons ne pleure plus, puisque j’exauce ta prière! »

Au dernier couplet, on précise que : « Depuis ce jour, tous les ans, quand la neige scintille aux branches, des fleurs mystérieusement, apparaissent, roses et blanches… C’est un présent sacré de Dieu, le Créateur de toutes choses.  Telle est la légende des roses. » 

J’étais très jeune quand j’ai appris cette chanson, mais elle me revient chaque année.  Alors, je la joue au piano (même si je ne suis pas virtuose), et à chaque fois, c’est la voix de maman que j’entends, sa voix qui qui me berce avec cette vieille légende.

Quand maman chantait Je ne crois plus au Père Noël, j’aimais la musique de cette chanson, mais j’étais toujours un peu déçue, par les paroles du refrain : « Je ne crois plus au Père Noël, j’ai passé l’âge, où l’on découvre à pas de loup, dans ses souliers de beaux joujoux, quand on est sage… Je ne crois plus au Père Noël, c’est bien dommage, de ne pouvoir avec le temps, garder toujours un cœur d’enfant. »

Ces paroles s’expliquent quand on chante le deuxième couplet : « Car un soir, j’ai fait semblant de dormir en mes draps blanc, alors j’ai vu, tout étonnée, dans ma chambrette entrer maman qui déposa bien doucement, de jolis jouets dans la cheminée. »

Le dernier refrain se termine ainsi : « Je ne crois plus au Père Noël, c’est bien dommage! On s’aperçoit quand on grandit, qu’hélas on perd un paradis… » 

Qu’elles étaient belles les chansons que ma mère chantait! Je parlais dans un de mes derniers « grains de sel » de l’Esprit de Noël que maman nous a laissé en héritage. Les chansons qu’elle chantait, les airs qu’elle jouait au piano, les beaux poèmes qu’elle recopiait sur des bouts de  papier, les petits dessins à l’encre de Chine, dont elle décorait ses cartes de souhaits, les coussins colorés qui mettaient du soleil un peu partout dans la maison, de même que les souvenirs qu’elle nous racontait, toutes ces choses font partie  de ce trésor inestimable que nous devons garder bien vivant et qu’on appelle tout simplement « le goût du beau ».

Comme Jeanne, puissions-nous, autant que faire se peut, mettre de la beauté dans nos ouvrages, nos loisirs, nos relations avec ceux qui nous entourent, enfin, dans notre vie de tous les jours! Pour l’année 2018, souhaitons-nous de la Beauté!

© Madeleine Genest Bouillé, 9 décembre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s