Les nouvelles… qui ne sont pas nouvelles longtemps!

Eh! Que les nouvelles vieillissent donc vite! Hier matin, en feuilletant le journal du jour, qui était le 8 mai, j’ai eu l’idée de noter des idées pour faire un « grain de sel » sur ce sujet : l’Actualité.

En première page, on voit Gilles Kègle, ce saint homme qui a depuis déjà longtemps sa place réservée au Paradis. Et quand je dis « depuis longtemps », je n’exagère pas. En 1992 ou 93, je faisais partie du comité de Pastorale scolaire, au 2e cycle du primaire. Nous avions un curé qui aimait sortir des sentiers battus (au propre comme au figuré).  Alors souvent pour emmener les jeunes à comprendre les dogmes de la foi chrétienne, nous prenions des exemples très concrets avec des personnages connus. Justement, les journaux de cette année- là parlaient de plus en plus de cet infirmier des pauvres qui œuvrait à Québec. Je me souviens qu’on avait demandé aux jeunes de trouver soit sur un journal, une revue ou à la télévision, un personnage qui se rapproche de ce qu’était « un apôtre » au temps de Jésus. Nous avions eu des réponses variées et très intéressantes. Je me rappelle surtout que le nom de Gilles Kègle revenait à plusieurs reprises. Et le personnage qui suivait de près M. Kègle était Mère Térésa. Il y a de cela 25 ou 26 ans… ces jeunes de 5e et 6e année sont maintenant dans la trentaine. S’ils suivent le fil de l’actualité, je me demande si la photo de Gilles Kègle qui circulait hier leur a rappelé quelque chose…

Gilles Kègle (photo: Le Soleil, Érik Labbé).

Je continue donc de défiler ce qui faisait hier la manchette des médias. La laïcité, sujet dont on n’aura jamais fini de discuter, avec en primeur, l’intervention de M. Bouchard, ce savant qui est sorti des boules à mites pour expliquer ce qu’il avait recommandé en 2008, lors de la commission sur les accommodements raisonnables. Visiblement personne ne semble avoir compris le sens profond de ce qu’il suggérait, enfin, pas de la même façon (c’est toujours comme ça avec les gens trop instruits). Deuxièmement, la « Profession de foi » de M. Legault, qui est tombée à pic comme un beau galet bien rond en créant beaucoup de « ronds dans l’eau »! C’est du bon monde, notre premier ministre… moi je pense qu’il fait son possible.

Évidemment, le sujet majeur en ce 8 mai était encore « la petite fille de Granby ».  J’aurais aimé qu’on lui laisse au moins son nom. Qu’est-ce que ça aurait changé? Les voisins l’auraient reconnue, mais déjà ils savent qui elle est. Sa photo a circulé sur Facebook dès le lendemain du drame. Cette victime d’une famille toute croche sera pour toujours et à jamais « la petite fille de Granby »! Triste réalité d’un monde peut-être pas pire que jadis, mais où tout est dévoilé, surtout les mauvais coups.

Bien entendu, le réchauffement de la planète est toujours d’actualité. C’est le sujet qu’on retrouve généralement dans les dix premières pages du journal. Qu’il s’agisse des inondations, de la température, du pétrole, du plastique, des déchets et combien d’autres choses qui font partie de ce sujet aussi vaste que la planète elle-même. On y revient toujours. Cela doit signifier que c’est devenu une priorité et qu’on ne peut tout simplement pas faire comme s’il n’y avait rien là!

Crédit : NiklasPntk / Pixabay

Un genre de « fait divers » qui n’en est plus un, c’est quand on nous rapporte les méfaits d’un chien méchant. Certaines espèces de chien sont manifestement plus féroces que d’autres. Mais les propriétaires y sont attachés autant sinon plus que si c’était leurs enfants. Vraiment, on n’entend pas souvent parler de sévices envers un chien, y aurait-il plus d’enfants que de chiens maltraités? Enfin, il me semble que le sujet des chiens méchants revient pas mal trop souvent. Il existe pourtant des lois!

Dans les pages consacrées aux nouvelles internationales, les États-Unis occupent toujours quelques pages, en bonne place; on est voisins ou on l’est pas! Que ce soit pour parler d’une énième fusillade dans une école, ou des « bêtises » du président Trump, les journalistes ont toujours quelque chose à raconter.  Pour ce qui est du reste du monde,  les attentats font malheureusement trop souvent l’objet des nouvelles. Je ne suis pas régulièrement le fil de l’actualité, de sorte que je me demande parfois qui sont les « bons » et qui sont les « méchants ». Avouez que ce n’est pas toujours facile à démêler. Heureusement, il y a parfois une bonne nouvelle, soit la naissance d’un petit prince ou d’une princesse dans la famille royale d’Angleterre.  Avec cette belle famille, Sa Majesté  est assurée d’une belle relève!  Elle pourrait prendre sa retraite…

Enfin, pour terminer sur une belle note, dans un article intitulé : Dialogue avec le temps, ce journal du 8 mai soulignait le 90e anniversaire de Madame Antonine Maillet, l’auteure de la Sagouine et de plusieurs autres romans ayant pour cadre l’Acadie. On profite de l’occasion pour nous présenter son dernier livre, « Clin d’œil au temps qui passe ».  Heureux anniversaire Madame Maillet!  Merci pour vos  si belles histoires!

© Madeleine Genest Bouillé, 9 mai 2019

Publicités

Avec les mots de ma sœur – 2e partie

Les pages qui suivent datent de la fin d’août 1990. Le 28, Élyane se rappelle de très anciens souvenirs. Elle avait à peine 4 ans, c’était au temps de la « cambuse » chez « pépère » :

« La « cambuse », c’était l’étage de la rallonge, ça se trouvait au-dessus du salon; un appartement pas fini, où il faisait froid l’hiver et chaud l’été. Des fois, on avait la permission d’aller courir là! Quand oncle Jean-Paul a décidé de se marier avec tante Bernadette en 1937, il a fait un salon et une cuisine à cet endroit, et en prenant la chambre d’à côté, ça lui faisait un logement pour abriter « leurs amours toutes neuves »!

Oncle Jean-Paul et tante Bernadette sont sans doute demeurés quelques années dans ce logement. Élyane se souvient qu’un jour où elle s’en venait par la « petite route », elle avait vu mon oncle et ma tante qui se berçaient sur leur balcon. J’ajoute qu’à cette époque, notre famille demeurait aussi dans la Rue Saint-Joseph. Élyane précise que ça devait être un dimanche car, dit-elle : « Je ne sais pas pourquoi, mais à la radio, ça devait jouer « Dans le jardin de mes rêves, tout notre amour est en fleurs et le bonheur vient embaumer nos cœurs », chanson qui était probablement chantée par Tino Rossi, car  chaque fois que cette chanson me trotte dans la tête, je pense à cette scène, plus loin décrite. Pourquoi certaines chansons nous ramènent à certains endroits ou à certaines personnes? »  Sur ce point, je suis entièrement d’accord avec ma sœur.

Le 30 août :  Élyane écrit : « Il y a 58 ans aujourd’hui, c’était fête à Deschambault. à 7hres, le matin, à l’église, s’épousaient devant Dieu et les hommes, une charmante jeune fille de 23 ans, toute petite, le teint clair, les yeux noisettes pétillants d’intelligence derrière ses lunettes ( à 81 ans, ce sont toujours ces mêmes yeux-là), ses cheveux bruns étaient cachés sous son grand chapeau de velours noir. Elle était vêtue d’une longue robe «  rose thé » et dans ses bras, tenait une gerbe de roses rouge ». Ma sœur ajoutait que Jeanne était un peu déçue, elle aurait bien voulu des fleurs de la même teinte que sa robe… et de plus, il ventait nordet! Élyane poursuit en précisant que mademoiselle Marie-Jeanne Petit s’avançait dans l’allée au bras de son père, Edmond Petit, au son de l’orgue joué par Blandine Naud, une ancienne compagne de classe.

Au prie-Dieu, à côté, se tenait un beau grand jeune homme, de 23 ans aussi, les cheveux et les yeux d’un noir de jais, le teint resplendissant… Ma sœur ajoute ceci : « Ce qu’elle a dû en faire des jalouses ce matin-là, la petite Jeanne, en devenant madame Julien Genest! Mon cher papa était accompagné de son frère Léo. Julien était « en amour par-dessus la tête » avec Jeanne ». Élyane était une enfant perspicace ainsi elle ajoutait : «  Je n’étais pas tellement vieille, mais je m’en rendais compte; il l’a toujours aimée, ne lui a jamais trouvé de défauts, pour lui elle fut toujours la plus belle et la plus fine… » Papa n’ayant presque pas connu sa mère, qui est décédée alors qu’il n’avait que 4 ans, n’a eu qu’une femme dans sa vie, celle qu’il a épousée, notre mère, Jeanne.

Ma grande sœur rappelle le programme musical du mariage de nos parents : tout d’abord, le Veni Cretor, chanté par le chœur des femmes, puis Célébrons le Seigneur, chanté par madame Louis Marcotte (Madame Béatrice dont je vous ai déjà parlé); le Docteur Pierre Gauthier, interpréta le Noël du Mariage, oncle Jean-Paul chanta Jésus, Divine Eucharistie tandis qu’Alice Naud (la sœur de Blandine) chanta un cantique du temps passé Je te bénis. C’était un  beau programme; après tout, Julien faisait partie du chœur de chant!  Après la messe et les photos de circonstance,  les invités  se réunirent chez mes grands-parents, Blanche et Edmond  Petit. Ce beau jour était un mardi, car autrefois les mariages avaient souvent lieu en semaine. Après le repas, les nouveaux époux, revêtus de leurs costumes de voyage, partirent en auto pour Québec; un ami de Julien, M. Philippe Bernier, les conduisait. De Québec, ils prirent le train pour Montréal et ensuite, Ottawa, où ils rendirent visite à l’oncle Edmond Genest. Au retour, ils s’arrêtèrent à Montréal pour rendre visite aux tantes de Jeanne, Ernestine et Eugénie Paquin. Pour l’époque, il s’agissait d’un très beau voyage!

Voyage de noces, 30 août 1932.

À bientôt pour un autre épisode des Mémoires d’Élyane…

© Madeleine Genest Bouillé, 4 septembre 2018

Histoire de Héro… ou d’Héroïne

J’aime beaucoup le thème choisi pour la Fête nationale de cette année : « Histoire de Héro ». Moi, j’ai ajouté « Héroïne », parce que, justement, j’avais envie de parler de l’héroïne de mes jeunes années. Je ne me souviens pas de l’âge que j’avais, mais c’était certainement la première année où nous avions un cours d’Histoire du Canada – on ne parlait pas d’histoire du Québec à l’époque, en fait, nous étions des « Canadiens-Français », vivant en Nouvelle-France. Vous comprendrez que je viens de reculer d’une bonne soixantaine d’années!

Donc, nous avions commencé à apprendre l’histoire de notre pays, celui qui s’étend « d’un océan à l’autre », quoique, dans les premières années, on s’attardait surtout à cette partie nommée « Nouvelle France ». On apprenait tout d’abord les noms des découvreurs, de Jacques Cartier à Paul Chomedey de Maisonneuve. On s’attardait plus longuement sur Samuel de Champlain, le fondateur de Québec, dont j’admirais le portrait dans le manuel d’histoire, quoique, je lui préférais le comte de Frontenac, qui m’avait vraiment accrochée avec sa réponse aux Anglais : « Dites à votre maître que je lui répondrai par la bouche de mes canons ». J’admirais déjà les belles répliques! Par la suite, arrivaient les missionnaires, prêtres et religieuses, dont on nous parlait longuement. Beaucoup de pères, Récollets et Jésuites et, enfin, des femmes :  Marguerite Bourgeois, Jeanne Mance, Mère Marie de l’Incarnation et, ma préférée, une toute jeune fille, comme le dit une chanson du répertoire de La Bonne Chanson Madeleine, Madelon : « S’appelait la Madeleine, de son petit nom – Jeune, quatorze ans à peine, la petite Canadienne… »

L’Histoire raconte que le matin du 22 octobre1692, alors que le Sieur de Verchères était à Québec et son épouse Marie Perrot, à Montréal, leur fille Marie-Madeleine, âgée de quatorze ans, travaillait aux champs quand une troupe d’Iroquois jaillit du bois et se saisirent des quelques vingt personnes qui travaillaient hors du fort. Madeleine, ne faisant ni une, ni deux, se glissa dans le fort et donna l’alerte. Avec ses frères, elle employa une ruse pour faire croire à l’ennemi que le fort était bien gardé, en tirant des coups de fusils de différents endroits de l’enceinte. On ajoute que Madeleine réussit à tenir le fort jusqu’à l’arrivée des renforts de Montréal, au bout de huit jours. Des sceptiques soutiennent que l’héroïne, elle-même, a embelli son épopée, en se rajeunissant de quelques années et que le siège a duré moins longtemps… Que nous importe! L’exploit est véridique et c’est l’essentiel.

J’avais alors peut-être dix ans, guère plus lors de ce cours d’Histoire du Canada et ce récit est demeurée pour moi aussi merveilleux sinon plus que les contes de fées et de sorcières qu’on me racontait dans ma petite enfance. Madeleine était et resterait à jamais, mon héroïne préférée! De plus, en feuilletant les cahiers de La Bonne Chanson, que je lisais comme des livres d’histoire, je suis tombée sur une autre chanson Madeleine de Verchères. Près du titre écrit en grosses lettres, on voit Madeleine, la tête fièrement levée, armée de son fusil. Les paroles, grandiloquentes, embellissent l’histoire autant qu’il est possible de le faire.  Je vous en cite le premier et le dernier couplet :

« S’il est un nom dont la mémoire est chère… c’est l’immortel, le beau nom de Verchères, la terreur des Indiens! Il est porté par une jeune fille au cœur vaillant et fort, qui pour sauver son pays, sa famille, osa braver la mort!

« Ton souvenir, Madelon de Verchères, ne nous a pas quittés. S’il le fallait, pour défendre sa race, sa langue et sa foi. Sans hésiter, la Canadienne suivrait ta trace et vaincrait comme toi! » Que de belles et nobles paroles!

Plus tard, en 1706, Marie-Madeleine épousa Pierre-Thomas Tarieu de la Naudière, sieur de la Pérade. L’Histoire ajoute que Madeleine a eu l’occasion de sauver la vie de son mari à deux reprises lors d’attaques des Iroquois. On est une héroïne ou bien on l’est pas!

Les gens qui choisissent un thème pour la Fête Nationale, ne font pas ce choix au hasard. Nous n’avons pas vraiment besoin de fouiller dans les livres d’Histoire pour nommer nos héros.  Regardons autour de nous, il y a des héros et des héroïnes de tous âges et de toute condition. Qu’il s’agisse de jeunes écoliers ou encore de personnes d’un certain âge sinon d’un âge certain, tous les jours nous avons la chance de découvrir des héros dans notre entourage. Des gens qui se dépassent et qui se surpassent pour venir en aide aux plus mal pris que soi, des gens qui dénoncent l’injustice, la maltraitance ou le saccage de notre environnement… ou tout simplement des gens qui nous aide à découvrir et à mettre en valeur ce qu’il y a de beau et de bon autour de nous. Le 24 juin fêtons nos Héroïnes et nos Héros et disons-leur « Merci »!

© Madeleine Genest Bouillé, 22 juin 2018

Mes Jeux Olympiques à moi

Non, je n’ai jamais assisté aux Jeux Olympiques! Dans ma jeunesse, ces jeux se tenaient toujours très loin, de « l’autre bord », comme on disait, jusqu’en 1976, où nous avons eu les Jeux d’été à Montréal. On se souvient que la reine de ces jeux était la jeune Nadia Comaneci, gymnaste roumaine. Nous avions attiré l’attention sur Montréal avec l’Expo universelle en 1967, il fallait bien que ça continue! Mais depuis les Jeux de 1976, on dirait que les grands manitous de l’olympisme boudent le Québec.  Pourtant, il me semble que nous avons tout ce qu’il faut pour la tenue des Jeux d’hiver! Pour ce qui est des Jeux tenus ailleurs au Canada, en 1988, Calgary recevait les Jeux d’hiver; j’ai justement une photo, prise en début décembre 1987, du porteur de la flamme Olympique qui passait devant chez nous, courant tranquillement vers l’ouest! Les dernier Jeux d’hiver tenus dans notre pays sont les Jeux de Vancouver en 2010; on se souvient surtout de la dernière présentation de la patineuse, Joannie Rochette, qui a remporté la médaille de bronze, alors que sa mère était décédée le matin même.

Nos voisins américains ont été plus chanceux que nous. Si on regarde la liste des Jeux olympiques, on constate qu’ils ont été gâtés nos voisins! Pour ce qui est des Jeux d’été, les premiers Jeux ont été tenus à St-Louis en1904, tandis que Los Angeles a été la ville hôte en 1984 et Atlanta, en 1986. Les premiers Jeux d’hiver aux USA furent tenus à Lake Placid en 1932. Squaw Valley a été l’hôte de ces mêmes Jeux en 1960, on a fait un retour à Lake Placid en 1980 et les derniers Jeux à être tenus en sol américain se sont déroulés à Salt Lake City, en 2002.

Mais voilà, comme j’en ai l’habitude, je retourne dans mes jeunes années. Comme nous n’avions pas encore la télévision, quand il y avait des Jeux olympiques quelque part, on n’en savait que ce que les journaux et magazines nous montraient. Pour dire le vrai, ce n’était pas grand-chose : des articles et parfois quelques photos, en noir et blanc! On s’y intéressait surtout lorsqu’il y avait des champions canadiens; il y avait alors plus de photos et on en parlait à la radio. Je me souviens que mon père qui aimait beaucoup le patinage artistique, nous parlait de la championne olympique canadienne, Barbara Ann Scott, médaillée d’or aux Jeux d’hiver de 1948, à Saint-Moritz, en Suisse. C’était notre championne! Je me rappelle qu’il y avait des poupées et aussi des cahiers à découper à l’effigie de Barbara Ann. Quelques années plus tard à mon anniversaire, j’ai justement reçu un de ces cahiers à découper. C’était l’un de mes jouets préférés, alors vous imaginez, quel beau cadeau c’était!

Mes Jeux olympiques à moi, ce furent les spectacles des Ice Capades et des Ice Follies auxquels j’ai assisté au Forum de Montréal, avec ma sœur et mon beau-frère, Odilon.  Une fois, je me souviens que papa nous accompagnait. C’était en 1960, avant son accident. Les Ice Capades avaient lieu en novembre, tandis que les Ice Follies étaient toujours tenus en février. Plus tard, ces spectacles ont été présentés au Colisée de Québec.

J’ai conservé le programme des Ice Follies de 1963. Je travaillais au Central du téléphone et j’avais pris ma fin de semaine de congé pour « monter » à Montréal. Le spectacle avait lieu le samedi soir, 8 février. Le livret, dont je vous fais voir quelques photos, coûtait 50 cents. Je ne me souviens pas du coût du billet et ce n’est évidemment pas inscrit sur le programme.  On indique cependant qu’on en était à la 27e édition des Ice Follies, intitulé « Le Spectacle des Champions ». Plusieurs médaillés des Jeux olympiques de 1960 participaient au spectacle, où évoluaient plus d’une centaine de patineuses et patineurs professionnels. Évidemment, tous les numéros étaient accompagnés de musique et il y en avait pour tous les goûts; des valses de Strauss aux airs de Cha-Cha ou de Rock’n’Roll! Il y a de cela 55 ans, et j’en garde encore un merveilleux souvenir!

Je suis retournée une dernière fois voir les Ice Follies, en 1965. Je n’oublierai jamais ce voyage; mon frère, André, m’accompagnait et comme d’habitude, nous avions pris l’autobus de la Provincial Transport pour nous rendre à Montréal. J’ajoute que j’étais enceinte de sept mois. Il n’y avait pas d’autoroute, l’autobus faisait donc « la run de lait », comme on dit parfois. Et à ce temps de l’année la route était passablement cahoteuse. Je m’en souviens comme si c’était hier; à chaque cahot, André, bien calmement me demandait : « Vas-tu accoucher? » Je lui répondais : « Non, ça va. » Nous nous sommes rendus, sains et saufs; le spectacle devait être magnifique, comme toujours!  Au fil des années, j’ai égaré le programme… mes petits gars l’ont peut-être trop regardé, avec leurs menottes pas toujours très délicates! Peu importe, quelque part dans ma mémoire, je conserve ces belles images de mes Olympiques à moi!

© Madeleine Genest Bouillé, 24 février 2018

45 ans : une bonne tranche de vie!

Aujourd’hui le 16 octobre, il y a 45 ans que nous habitons notre maison. 45 ans… ce n’est pas 50, mais ça n’en est pas loin! Vraiment, c’est ce qu’on peut appeler une « bonne tranche de vie »!  Nous avons emménagé un samedi et je crois me rappeler qu’il faisait beau. La petite maison de bois était revêtue de « papier brique », matériau qui devait dater des années 40. Tout d’abord, la cuisine d’été, à l’arrière, a été aménagée afin de loger l’ancien propriétaire, Albert Rousseau. Ce célibataire à la retraite avait demandé qu’on lui fasse un « petit coin », pour ne pas quitter la maison où il avait toujours vécu.

img_20161013_0001La bâtisse était dans un piteux état. Ce brave Albert n’était pas menuisier et il se contentait de peu… très peu! Il vivait dans la cuisine, s’y étant installé un lit pliant auprès du poêle à bois. Des rénovations, tant extérieures qu’intérieures s’imposaient. Après sept ans de vie commune, je découvrais qu’en plus de ses nombreuses qualités, mon époux  avait de nombreux talents cachés, entre autres la menuiserie, la plomberie… Heureusement, pour l’électricité, il avait son frère! Ensemble ils ont refait des murs,  réparé des portes, des fenêtres,  recouvert des planchers, installé des armoires de cuisine, un comptoir, une salle de bain. Ils en ont passé du temps dans cette vieille demeure!  Puis, à l’approche du grand jour, avec l’aide des belles-sœurs, nous avons fait le ménage, posé du papier peint (qu’on appelait tapisserie) dans le salon,  accroché des rideaux… la maison était prête à recevoir ses nouveaux habitants : nous deux avec nos trois garçons, de deux, quatre et six ans.

Notre maison, du temps de la famille Rousseau, à l'intersection de la route Bouillé et de la "Route 2" (chemin du Roy).

Notre maison, du temps de la famille Rousseau, à l’intersection de la route Bouillé et de la « Route 2 » (chemin du Roy).

Comme on dit, « avec du temps, de la patience et des bons soins », elle était redevenue pimpante, la maison du coin de la route du Moulin (autrefois appelée route à Bouillé). Avec sa petite galerie en avant, encadrée de deux gros cèdres, et quelques jeunes ormes  en bordure du terrain quand même assez exigu. Le vieux hangar semble énorme sur ce bout de terrain. Cela s’explique du fait que jadis, c’était une boutique de forge. À notre arrivée dans la maison, on y voyait encore des vestiges du feu de forge et des stalles pour les chevaux. À l’extérieur, cette bâtisse n’a jamais changé de visage, elle a toujours ses trois ouvertures ainsi que la petite porte du fenil au-dessus de la porte du centre. La maison, bâtie dans les années 1840, a été reculée lors de la construction de la route en 1937; auparavant elle était située plus au sud, le chemin passant plus près de la côte que maintenant, mais le bâtiment à l’arrière devait déjà être là, au fond du terrain qui était alors plus grand. Nous n’avons malheureusement pas de documents relatifs à la construction, de même qu’aux premiers propriétaires.

1973 : un événement qui provoquera quelques changements. Notre locataire Albert, toujours poli, gentil  et qui ne faisait pas grand bruit, décède subitement en mai, au bord de la rivière, où il allait souvent quand il faisait beau pour regarder les pêcheurs.  Mes fils étaient un peu tristes, quand même, ils l’aimaient bien eux, Monsieur Albert… À chaque mois, quand il recevait son chèque de pension, il leur apportait une grosse boîte de chocolats! Le côté pratique de l’événement étant le fait qu’on pouvait récupérer la cuisine d’été, cela impliquait qu’on doive enlever une partie des armoires de cuisine afin de rouvrir la porte communiquant avec le fournil et donc, réaménager cet espace. Mais  mon homme à tout faire travaille alors à Québec, il voyage matin et soir et les travaux devront attendre les vacances d’été.

1975 : la naissance d’un quatrième enfant en mai exigera d’autres aménagements. La chambre principale sera relocalisée dans la cuisine d’été; tandis que les garçons se partageront l’étage, en attendant que la demoiselle de la maison ait elle aussi sa chambre.  De plus, l’isolation des murs à l’étage a été refaite, comme on dit « à temps perdu », c’est-à-dire, les jours de congé, entre les différentes occupations du papa, qui fait du bénévolat dans plusieurs associations locales. Tous ces travaux demandaient beaucoup de temps et le temps, c’est toujours ce qui manque! Enfin, nous avons dormi dans notre nouvelle chambre pour la première fois, le 9 mai… et notre petite fille est née le 10 par un bel après-midi de printemps!

img_20161013_0004Au début des années 80, c’est le recouvrement des murs extérieurs qui occupera les loisirs  du maître de  la maison.  La mode était au « colorloc »… je l’écris ainsi, mais je ne suis pas sûre d’avoir le bon terme. Ces travaux aussi se sont prolongés sur plusieurs étés.  Finalement, vers 1985 ou 86, nous étions bien fiers de notre maison, blanche, avec les ouvertures soulignées de rouge. Il était temps, car l’homme à tout faire s’est trouvé de nouvelles occupations : il fait partie du conseil municipal et en 1990, il sera élu maire.  Croyez-vous qu’il va cesser ses travaux de rénovation? Voyons! Ce serait mal le connaître.  Il a agrandi l’arrière de la maison et ajouté une chambre à l’étage… chaque printemps, il trouve le temps de jardiner et de faire des plates-bandes. Enfin, pour s’amuser, il construit aussi des chaloupes. Toujours occupé!

img_20161013_0005Au début des années 2000, après avoir enlevé le recouvrement des murs à l’étage, mon artisan préféré découvre que la lucarne était jadis encadrée de deux petites fenêtres. Merveilleux!  La lucarne paraissait trop grosse avec son unique fenêtre à quatre carreaux. À quelle époque et pourquoi a-t-on décidé de faire disparaître ces éléments ? Peut-être était-il difficile de trouver les vitres de la grandeur qui convenait. On ne le saura jamais, mais ce fut vraiment une belle trouvaille. Cette particularité donne à la façade de la maison un petit « je ne sais quoi »!

Le recouvrement de colorloc n’est pas éternel. Après quelques années déjà, il se dégrade. Qu’à cela ne tienne! Le menuisier en chef décide que la maison serait plus racée avec des murs faits de planches verticales!  Ça ne se fait pas en quelques jours… Qu’importe! On y arrive. Les cèdres qui ornaient la façade sont depuis longtemps disparus. On peut donc  construire une grande galerie, tout au long de la devanture, avec un excédent de chaque côté, une balustrade garnie de ferrures anciennes et le tout peint en vert, comme les ouvertures. Que voilà une maison qui a de la personnalité! Et c’est chez nous! La mode est maintenant aux patios à l’arrière ou sur le côté des maisons, mais nous, c’est à l’avant que nous voulons profiter de l’été, du soleil… et du fleuve, évidemment.

Il s’en est passé des événements depuis 45 ans! Certains plus heureux que d’autres, mais  je le répète, ce fut en somme, une belle tranche de vie, la vie d’une famille qui compte maintenant dix-huit membres, une famille comme on dit, « tricotée serrée » !

img_7021

© Madeleine Genest Bouillé, 16 octobre 2016

Deschambault à l’envers

Vous avez déjà vu Deschambault à l’envers? Ce que j’entends par «  à l’envers », c’est de regarder notre village du fleuve ou de la rive sud. Au moins une fois par année, j’aime aller me promener sur la route 132, soit en passant par Trois-Rivières ou par Québec. Quand on arrive à Lotbinière par l’est, la rive de ce côté du fleuve étant beaucoup plus élevée, il faut bien en convenir, notre cap Lauzon semble tout petit. C’est pourquoi il est préférable d’aborder Lotbinière par l’ouest. Donnez-vous alors la peine de descendre sur le quai; le coup d’œil sur Deschambault vaut le détour!

Quelques mots sur Lotbinière. Des hauteurs de ses falaises escarpées, notre voisine d’en face offre un visage accueillant. L’agriculture semble y être florissante. Au cœur du village, l’église avec ses deux clochers encadrant le grand roi saint Louis, se dresse fièrement comme une sentinelle. On remarque plusieurs superbes maisons en pierre. Ces constructions diffèrent cependant de nos vieilles maisons de la rive nord. Elles témoignent d’une époque plus récente. Tout d’abord ces demeures sont plus hautes; munies de murs coupe-feu, elles ont généralement deux étages.

Mais regardons un peu  « Deschambault à l’envers »…

img_7210

Cette photo a été prise à l’est du village de Lotbinière, sur le bord de la route, presque à la hauteur de l’ancien phare, lequel à marée basse est relié à l’ilot Richelieu, comme vous pouvez le constater.

img_20160914_0002

Le Moulin du Domaine de Lotbinière s’élève au bas de la côte, à l’est du village. Du quai de Deschambault, on voit très bien cette imposante bâtisse qui date de 1799. Cet ancien moulin à eau est maintenant une résidence privée.

img_20160914_0005

Finalement, il est plus facile de regarder Deschambault à l’envers en chaloupe. Cette photo nous fait voir les résidences et les chalets qui bordent le fleuve à l’est du quai.

img_20160914_0004

Cette photo date de 1984, elle a été prise au large en face du cap Lauzon par une belle journée de juillet où il y avait une bonne brise!

img_20160914_0006

On se souvient des gros travaux qui ont été effectués aux endroits où la route longe le fleuve de très près, comme on peut le constater sur cette portion du chemin du Roy entre le restaurant La Ferme et le Garage Faucher.

img_20160914_0007

Une belle journée d’automne, en 1986! C’était la fin d’une belle promenade sur le fleuve; on approchait du pont de la rivière Belle-Isle… on était donc à la hauteur de ce qu’on appelait autrefois « la Barre à Boulard »!

© Madeleine Genest Bouillé, 17 septembre 2016

N.B. Toutes les photos proviennent de ma collection (© coll. privée Madeleine Genest Bouillé).

Des bulles de bonheur

IMG_20160826_0002Il était une fois un jeune couple tout récemment mariés. Ils vivaient dans une maison  beaucoup trop grande pour deux personnes. Heureusement, beaucoup de gens passaient  dans cette maison « pour affaires », et ce, cinq jours par semaine. Mais, ça n’était pas assez. Comme il arrivait souvent en ces années-là, un premier bébé fit son arrivée, un beau dimanche d’avril. C’était un garçon, et déjà, il prenait beaucoup de place dans la vie et le cœur de ses parents. Très vite, il a grandi, il a appris à marcher, à parler… Avec maman et papa, il découvrait tout plein de choses; chaque jour qui passait, apportait des bulles de bonheur…

IMG_20160826_0003On n’allait pas en rester là. Un jour, on lui apprit qu’il aurait un petit frère, mais pas tout de suite. Il trouvait l’attente longue, mais enfin, le bébé fut là. Il le trouvait bien petit… certainement, il faudrait attendre qu’il grandisse un peu avant de pouvoir jouer avec! Sur cette photo, Patrick est déjà rendu à trois mois et avec son frère, il se fait bercer par Papa. Le grand frère n’est pas inquiet; il sait bien que sur les genoux de papa, il y a de la place pour les deux garçons! Ces moments avec Papa, ce sont d’autres bulles de bonheur… même si Papa fume une cigarette en berçant ses fils! Parfois il fume aussi la pipe; et Jean-Marc a bien hâte d’être grand, pour fumer comme Papa! On est en 1967! Les campagnes anti-tabac ne font pas encore beaucoup d’adeptes. Disons cependant que le papa en question faisait quand même attention de ne pas « enfumer » les petits.

IMG_20160827_0001Ça grandit vite ces petits bonshommes! On voit ici le garage-hangar qui occupait une grande partie du terrain derrière la maison. Comme tous les enfants, nos deux moussaillons adoraient jouer dans la neige. Ils s’inventaient des jeux… et quand ils rentraient, le chocolat chaud et les tartines étaient très bienvenues, pendant que maman faisait sécher les habits de neige et les mitaines. Le soir, on avait à peine le temps de raconter une histoire… ils dormaient déjà, rêvant sans doute à ces nouvelles bulles de bonheur que l’hiver leur faisait découvrir!

IMG_20160826_00041971 : dernier hiver dans la grande maison. Depuis juillet 1969, il y a maintenant un troisième petit garçon. Éric n’a pas encore deux ans… mais déjà il veut suivre ses grands frères; on l’entend sans cesse répéter : « Mia aussi! »  Même si ses frères ne se gênent pas pour lui jouer quelques vilains tours, toujours, il tient à être de la partie. Je n’ai pas besoin de préciser que les parents étaient très fiers de leurs trois petits mousses! Les bulles de bonheur, ce n’est pas seulement pour les enfants!

IMG_20160826_0006Noël 1974. Il y a un peu plus de trois ans que nous habitons ce qui sera notre deuxième foyer, celui où nous demeurons toujours. Les enfants se sont bien adaptés aux changements. La maison est plus petite, mais elle est chaleureuse et il y a beaucoup d’espace à l’extérieur pour jouer. Il y a des cousins tout près, le fleuve en face, des champs derrière… Ce sont de nouvelles bulles de bonheur! Les trois garçons vont à l’école : Jean-Marc est en quatrième année, Patrick, en deuxième et Éric est à la maternelle. Les parents leur ont dit qu’au printemps, ils auraient un petit frère ou une petite sœur. On leur a même fait choisir chacun un prénom : Jean-Marc a choisi un prénom de garçon, « Yves », Patrick a suggéré un prénom de fille, car à l’école, pendant l’Avent, on a raconté une belle histoire avec une fillette qui s’appelait Marie-Noël… Éric, pour sa part, espère que ce sera un petit frère et il veut l’appeler Goldorak!

IMG_20160826_0007Novembre 1975. La dernière-née de la famille est arrivée un beau jour de mai… Le ciel faisait miroiter ses plus belles bulles de bonheur! On a respecté le choix qui avait été fait à Noël dernier, la petite fille se prénomme Marie-Noël. Les garçons regardent le nouveau bébé… ce n’est pas de sitôt qu’on pourra jouer avec! Ils commencent quand même de temps à autre à essayer de la faire rire, à lui faire des grimaces, qui la font plutôt pleurer. Et, de fil en aiguille, la petite sœur prend sa place dans la famille… Pour les parents, comme pour les enfants, les bulles de bonheur continuent de répandre leurs reflets irisés,  en autant qu’elles ne rencontrent pas trop d’obstacles!

DSC02450Juin 2014. Je termine avec encore des bulles. Les années ont passé. Le 24 juin, c’est la Saint-Jean! Et en plus, cette année-là, Grand-Maman et Grand-Papa fête leur 50e anniversaire de mariage. Il y a maintenant neuf petits-enfants, ça en fait des bulles de bonheur! Sur cette dernière photo, on voit Éric avec Jade, la fille de Jean-Marc, qui font des bulles avec les autres membres de la famille (qu’on ne voit pas). Il avait plu dans la journée et après le souper, le ciel dégagé avait donné lieu à une envolée de bulles! Quelle façon ingénieuse de terminer une fête!

© Madeleine Genest Bouillé, 30 août 2016

Notre premier « chez-nous »…

IMG_20160821_0002Dans les années 60, la mode était au style scandinave. Comme je l’avais mentionné déjà  dans un précédent Grain de sel, avant notre mariage, nous avions été magasiner notre mobilier à Cap-Santé chez Meubles Gaston Perron. On achetait  l’ensemble trois pièces : salon, cuisine et chambre à coucher. Le réfrigérateur, la laveuse (à tordeurs), de même que le téléviseur provenaient de chez Naud Électrique, à Deschambault. Nous n’avions pas à acheter le poêle, puisque nous reprenions celui qui était déjà dans la maison. Nous étions fiers de nos achats… C’était tout nouveau, tout beau! Je ne me souviens plus où j’avais acheté les tentures du salon, je me rappelle cependant que pour la cuisine et la chambre à coucher, j’avais acheté du tissu et ma mère avait cousu les rideaux. Dans un prochain Grain de sel, je vous parlerai de notre premier Noël chez nous! Des moments de pur bonheur!

IMG_20160821_0001La maison était grande; et cela même si le salon double était dévolu aux locaux de la Caisse Populaire. Habituée que j’étais à la vieille maison de mes parents, surchargée de meubles hétéroclites, je trouvais que notre premier nid semblait vide… Au début nous n’habitions que le rez-de-chaussée; c’est pourquoi, sur la première photo, on voit notre aîné âgé de deux mois, installé sur le grand divan orange à quatre places. La cuisine et le salon tenaient dans la grande pièce, qui est en fait, la première rallonge ajoutée à cette maison. Le premier automne, j’ai eu mon piano, qui était placé dans le salon double; je ne pouvais donc en jouer que lorsque la Caisse était fermée. La pièce à l’arrière (deuxième rallonge) a été utilisée comme chambre à coucher jusqu’à l’automne 1966, alors que nous y avons aménagé notre salon, comme on peut le voir sur la deuxième photo. Les tentures et le fauteuil, comme le divan, étaient de couleur orange… on n’y échappait pas. C’était LA couleur à la mode! On avait peint deux des murs en brun et les deux autres étaient  blancs. Nous avions aussi fait l’acquisition d’un meuble stéréo – radio et  tourne-disque. Comme je n’ai pas de photo de ce meuble, assez volumineux, j’ai trouvé une image lui ressemble.

93561603_o

retro-telephone-tableDans le temps, il y avait souvent des soirées de cartes, des « Euchre »; chaque association  organisait le sien, qui était la principale levée de fonds annuelle. L’année avant notre mariage, j’avais justement gagné lors d’une de ces soirées une table à téléphone munie d’un siège et d’une lampe avec abat-jour. Je n’ai pas de photo où l’on voit bien ce petit meuble, alors j’ai trouvé ce modèle, de la même époque, sauf que celui-ci n’a pas de lampe et le mien était de couleur beige. J’étais tellement contente d’avoir gagné ce prix. Je ne savais pas encore où nous irions demeurer; la date du mariage n’était même pas fixée, mais pour moi, où que ce soit, il y aurait certainement une place pour mon petit meuble que j’imaginais si pratique! Ironie du sort, quand nous avons fait installer le téléphone dans la maison où nous habitions, j’ai demandé un téléphone mural, pour qu’il ne soit pas à la portée des enfants – il ne faisait pas de doute que nous aurions des enfants! Je vous explique la raison de cette décision. Quand je travaillais au central du téléphone, il y avait plusieurs lignes « groupe » où parfois 8 ou 10 familles avaient le même numéro de téléphone, chacun étant identifié par une sonnerie différente. Par exemple, sur la ligne 12, il y avait 12-12, ce qui signifiait que la sonnerie devait être 1 grand coup, 2 petits, tandis que 12-21, c’était l’inverse et ainsi de suite. Au 2e Rang, les groupes étant encore plus nombreux; quand un enfant s’amusait à jouer avec le téléphone, ça pouvait perturber tous les usagers qui étaient sur cette ligne, puisqu’ils ne pouvaient pas utiliser leur appareil. Je n’avais pas oublié les problèmes que j’avais eus au central et comme j’avais ragé parfois (évidemment, quand la ligne était fermée). C’est pourquoi mes enfants ont dû attendre l’âge scolaire avant de répondre au téléphone; pour moi, le téléphone, ce n’était pas un jouet.

En avril 1965, naissait notre premier enfant. Il fallut donc acheter un lit, une petite commode, que j’avais décorée avec des dessins autocollants, ainsi qu’une chaise haute, un parc et un petit siège qui servait aussi pour l’auto. On était loin alors des sièges que les enfants utilisent aujourd’hui… Surtout que dans l’auto, la plupart du temps, on tenait le bébé sur nos genoux! Et personne n’était attaché… autre temps, autres mœurs!

IMG_20160822_0002Pour en revenir à ma fameuse table à téléphone, nous l’avons utilisée, bien que pas pour y déposer un téléphone. À partir de 1970, je ne la vois plus sur les photos, et c’est normal.  Après la naissance de mon troisième bébé, quand j’étais occupée avec le poupon, mes deux aînés s’en donnaient à cœur joie avec tout ce qui leur tombait sous la main. Ils faisaient des trains, des cabanes, des chars d’assaut, n’importe quoi, et ils avaient une préférence pour la petite table à téléphone, sans téléphone! Elle a donc disparu dans la tourmente je ne sais plus trop quand. Et nous n’avons même pas pensé à la regretter!

© Madeleine Genest Bouillé, 24 août 2016

À mon Ami

216Comme ça fait longtemps que je suis venue m’asseoir à tes pieds. Tu me manques. Je m’ennuie de ces jours où, gris et silencieux, tu sembles attendre l’orage. C’est que tu es tellement changeant! D’un bleu vibrant à certains matins, presque mauve à d’autres moments. Parfois tu chuchotes si discrètement, on dirait que tu as peur de déranger;  tandis qu’aux jours de grandes marées, tu roules, mugis, déferles… écumant de folie. Qui crois-tu donc effrayer? Certes pas les goélands qui t’accompagnent de leurs cris, comme des commères : «  C’est ça, vas-y! Montres-leur qui est le boss… depuis le temps qu’ils te prennent pour n’importe quoi, même pour un dépotoir… » Il faut craindre la colère du juste, dit-on! Moi, je t’aime même quand tu es enragé et que tu montes… jusqu’à me laisser à peine un petit coin de grève où je peux te regarder cracher ta fureur, humble, recueillie, émerveillée devant ta puissance.

automne 2015hiver 2016 076Été comme hiver (quand mes fenêtres ne sont pas gelées), c’est vers toi que se porte mon premier regard encore ensommeillé. Le soir, tu es le dernier à qui je dis « Bonne nuit! » et à toute heure du jour,  tu es le témoin de ma vie. Quand ça va bien, je te fais partager ma joie, quand ça va mal, c’est aussi vers toi que je tourne les yeux. Tu es  mon confident. Les autres t’appellent « Saint-Laurent »; moi, je t’appelle « mon Ami »… peut-être le seul qui ne m’a jamais fait défaut.

Tu es toujours là, immuable… même si tu changes de visage cent fois par jour.  Même si l’hiver tu te caches sous une couverture glacée, tu es là quand même. Le soir, quand je me promène, je t’entends murmurer et choquer tes vagues contre les blocs de glace.  Quand le moment sera venu, je le sais, tu vas briser toute cette carapace et, tu vas sortir de là, triomphant. Je serai là pour participer à ta libération, j’irai te retrouver et, ensemble, nous pleurerons de joie!

014Alors, nous entreprendrons une autre « belle saison », avec des jours bleus et d’autres gris, avec des soirs roses ou dorés, avec la chanson de tes vagues pour m’éveiller le matin et pour me bercer la nuit. J’ai besoin de toi. Tu fais partie de ma vie. Tu délimites mon horizon, ce qui me fait dire que si je te perds… je perds le nord!

IMG_20160708_0013 (2)Jadis, durant les beaux jours d’été, je te rejoignais en chaloupe et, l’un portant l’autre,  nous longions la côte, tout le long de ce coin de pays qu’on appelle Deschambault, et dont tu es le seigneur incontesté.  C’est par toi que sont venus les premiers arrivants; c’est ta fougue et tes rapides qui les ont  fait débarquer ici… c’est sûrement à cause de toi qu’ils ont bâti ce petit village. Et à vivre près de toi, leurs descendants ont fini par te ressembler un peu : fiers, indépendants, n’aimant pas brusquer le cours des choses… n’aimant pas être dérangés. Tout comme toi, ils sont patients, persévérants, et ils aiment leur liberté. Même dans leurs mots de tous les jours, on retrouve ton influence, par exemple « on monte » à Montréal ou « on descend » à Québec!

photos jacmado 080806 094Depuis plusieurs générations, beaucoup de gars d’ici ont vécu avec toi, de toi. Ils ont remonté ton cours jusqu’à la tête des Grands Lacs; ils l’ont descendu jusque dans le Golfe.  Ils t’ont vu dans tes bons comme dans tes mauvais jours, ils ont appris à connaître tes écueils, tes hauts fonds, tes rapides. Sous les pluies glaciales de novembre, quand tu te confonds avec le ciel, dans la même grisaille, ils soupiraient après le foyer… Pourtant, chaque printemps, ils te revenaient. Ceux qui ont ainsi vécu près de toi de longs mois pendant plusieurs années ne t’oublieront jamais! Même pour ceux qui ont mis pied à terre depuis longtemps, tu demeures le seul horizon, comme tu es aussi le mien, toi, mon ami le Saint-Laurent!

© Madeleine Genest Bouillé, 28 juillet 2016

(D’après un texte paru dans le Journal-souvenir du 275e, en 1988)

Vous souvenez-vous?

IMG_20160708_00091978 :
C’était le jour de l’Action de Grâces. Nous étions rassemblés au Vieux Presbytère avec la famille de mon mari pour notre fête annuelle, quand un vent « à écorner les bœufs », c’est le cas de le dire, s’est levé. La demeure de mon beau-frère Jean-Marie était entourée de beaux grands peupliers… Lorsqu’il est revenu chez lui avec sa famille après la fête, quelle ne fut pas sa surprise quand il s’aperçut que trois des peupliers étaient couchés  au sol, déracinés. Cette année- là, Dame Nature avait fêté trop fort le congé de l’Action de Grâces!

IMG_20160708_00081983 :
Le verglas du 3 décembre 1983. Il y en a eu des verglas, mais comme celui-là, je crois que je n’en ai jamais vu. Même pas lors de celui de 1998. Regardez bien la photo, vous remarquerez l’épaisseur de la couche de verglas sur les branches. Nos pauvres arbres  avaient l’air piteux, leurs branches alourdies traînant jusqu’à terre… Les enfants étaient heureux : ils avaient eu congé d’école deux jours si je me souviens bien.

IMG_20160708_00061984 :
C’était l’année de « Québec, Mer et Monde ». De nombreux et magnifiques voiliers étaient venus d’un peu partout. Certains avaient remonté le fleuve jusqu’à Montréal. Au Vieux Presbytère, on présentait une exposition sur le fleuve, avec une maquette artisanale représentant le fleuve devant notre village. C’était fabriqué avec les moyens du bord, comme on faisait dans le temps, mais c’était quand même captivant, autant pour les gens d’ici que ceux d’ailleurs qui s’intéressaient à la vie maritime. Ce voilier, installé sur le terre-plein à l’entrée est du village, avait été fabriqué par M. Guy Savard, un marin retraité qui vivait alors à Deschambault.

IMG_20160708_00111990 :
Si on prenait aujourd’hui la même photo que celle de ce crépuscule automnal sur le bord de la côte longeant le fleuve, pas loin de chez nous, on chercherait en vain les beaux ormes qui faisait l’orgueil de cette portion du Chemin du Roy. D’autres arbres ont poussé depuis, mais ils n’ont pas la même majesté que ces ormes qui jadis étaient nombreux dans nos campagnes.

IMG_20160708_00021993 :
J’aime bien cette photo d’une citrouille d’Halloween décorée d’un chapeau de neige. C’était le premier jour de novembre et on s’était réveillés dans un paysage tout blanc! Pourtant, la veille, un  dimanche, il faisait beau et on avait reçu plusieurs petits monstres.  Cette année-là nous avions fêté l’Halloween le samedi 30 octobre, au Moulin de La Chevrotière… un endroit sans aucun doute visité par les fantômes, enfin c’est ce que nous avions fait croire à ceux qui étaient venus fêter avec nous!

IMG_20160708_00041996 :
C’était durant l’été. Les débordements climatiques qu’on vit maintenant, nous inquiètent.  Mais ça fait déjà plusieurs années que la nature a commencé à manifester sa colère par des actions brutales…Vous souvenez-vous des orages et des coups de pluie de l’été 1996? Le 20 juillet, alors qu’au Saguenay c’était le déluge, ici, la tente, plantée sur le cap Lauzon pour le rassemblement des familles Naud avait failli être emportée par le vent. Et ce même été, je ne me rappelle malheureusement plus la date, lors d’un autre orage mémorable, le gros érable sur le bord du cap Lauzon avait été jeté par terre par un fort coup de vent, comme vous pouvez le constater sur cette photo qui a été prise quelques minutes à peine après l’incident.

IMG_20160708_00122000 :
Un beau souvenir! Au début d’août 2000, c’était notre tour d’accueillir le traditionnel Festival des Pompiers de la région de Portneuf. Comme plusieurs autres citoyens de Deschambault, nous avions décoré la maison pour l’occasion. Entourés des membres de la famille, nous avions regardé défiler la parade des beaux camions rouges. Je me souviens que la petite dernière, Clémence, qui avait juste un an à cette époque, n’avait pas  bronché, alors que les camions faisaient retentir leurs plus tonitruants klaxons et que les valeureux pompiers jetaient des poignées de bonbons aux enfants. C’était tout une fête!

À bientôt pour d’autres images commentées!

© Madeleine Genest Bouillé, 10 juillet 2016