Un enfant, c’est comme un Whippet

Je regardais un de mes petits-fils en train de déguster un Whippet. Il commence par lui donner un bon coup de poing, écrasant ainsi la couverture en chocolat. Alors la guimauve apparait ici et là, et aussi la fine couche de gelée, aux framboises ou aux fraises, il n’y a pas tellement de différence; heureusement, le biscuit tient bon, caché sous son habit blanc et brun très amoché.

Je me suis alors fait la réflexion qu’un enfant, c’est comme un Whippet. Je m’explique. Prenons tout d’abord le biscuit. Un biscuit très ordinaire, il n’a pas de saveur particulière; on n’entend jamais parler de lui dans la publicité. Il pourrait aussi bien ne pas être là, ça ressemblerait alors à une de ces confiseries en guimauve recouverte de chocolat, plantée sur un bâtonnet. Quand on était jeune on appelait ça un « balai au chocolat ». Mais voilà, ça ne serait pas un Whippet!

Supposons qu’à notre naissance on soit un biscuit. Personne ne sait quel genre de biscuit on deviendra. Au départ, tous sont secs, sans garniture, ils sont faits d’une même pâte; qu’ils soient ronds ou carrés, avec des motifs, des petits trous ou des écritures dessus… Petit Beurre, Social Thé, Goglu, ou le biscuit rond, sans nom, qui deviendra Whippet! Assistons à son évolution.

On ne devient pas Whippet du jour au lendemain! Les débuts dans la vie sont lents et laborieux. Tout le monde sait ça. On est fragile à cet âge tendre… Puis un beau jour, petit biscuit essaie de ramper, puis il avance à quatre pattes; et voilà qu’il découvre plein de choses. Bien vite, il s’aperçoit que les grandes personnes, ça marche debout… c’est donc pour ça qu’elles sont si grandes! Alors il se lève sur ses petites jambes pas bien solides. Hardiment, il fait quelques pas, il tombe, se relève… et il recommence. De plus en plus, il imite les adultes. Il les entend parler, alors il veut parler lui aussi. Il retient des sons, des mots, il répète ce qu’il entend. Les adultes rient de ses babillages… alors il rit aussi!

Quoi de plus charmant que ces petits bouts de chou qui disent n’importe quoi et qui sont si drôles! Face aux rires des grandes personnes, certains enfants sont plus gênés et se cachent, tandis que les autres, s’apercevant de l’attention qu’on leur porte, en rajoutent! En termes techniques, on dira qu’ils sont introvertis ou extravertis. Ça, voyez-vous, c’est la couche de gelée de fraises ou de framboises qu’on vient d’étaler sur le biscuit. Ça semble peu, mais c’est déjà le début d’une personnalité qui se montre le bout du nez. L’épaisseur de la couche de gelée peut varier et la saveur est différente selon le cas. On  hésite encore entre l’idée de devenir un biscuit sandwich avec un ajout de noix de coco, ou encore une mince couche de chocolat; ce ne serait pas si mal, mais le produit ne serait jamais un Whippet!

Petit biscuit deviendra grand… pourvu qu’on s’en occupe! Pour devenir un Whippet digne de ce nom, il a du chemin à faire. On commence à percevoir ce à quoi il va ressembler plus tard. Il apprend toutes sortes de choses, certaines lui sont enseignées dans sa famille et d’autres à l’école. Il apprend aussi par lui-même un tout autre bagage. Notre biscuit est en train de fabriquer sa couche de guimauve et ça, c’est du sérieux! Pour ce faire, tout lui est utile; les mots doux ou aigre-doux qu’on se dit entre parents, en ne tenant pas compte de sa présence, et qu’il entend même s’il ne sait pas à quoi ça rime. Et que dire de ces moments où il observe les adultes qui rouspètent, soit parce qu’ils sont fatigués, ou contrariés. Notre petit biscuit a parfois un de ces regards… c’en est presque gênant. Attention! Il ne faudrait quand même pas lui saboter sa couche de guimauve!

Ne nous affolons pas! Il est bien parti ce biscuit et il aura à préserver lui-même sa carapace pour devenir un vrai Whippet. On lui a donné tout ce qu’il lui faut; il a maintenant sa taille d’adulte. Il est prêt! C’est un bon biscuit rond, plat, sec… la couche de gelée révèle la personnalité de notre jeune Whippet. Il arbore une jolie silhouette; la couche de guimauve a été particulièrement soignée. Et je vous le garantis, vous aurez beau le retourner en tous sens, vous ne trouverez pas une faille dans l’enrobage de chocolat, justement parce qu’il est fait d’une généreuse couche d’amour. Ses parents peuvent être fiers, c’est le plus magnifique Whippet qui soit au monde!

C’est beau un Whippet!  Je n’oserais jamais en écraser un avec mon poing!

© Madeleine Genest Bouillé, 9 janvier 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s