Lady Alys et le Château de Pierre

001Si vous avez 70 ans et plus, et que vous êtes né à Deschambault, vous avez sûrement entendu parler de ce superbe hôtel qui s’élevait tout près de l’embouchure de la rivière Belle-Isle. Si vous avez quelque dix ans de plus, vous y êtes peut-être déjà allé prendre un verre ou assister à un spectacle… Aujourd’hui, chacun peut voir les ruines – très bien entretenues – qui se dressent encore, mélancoliques témoins de l’époque glorieuse d’un hôtel dont on disait qu’il était « le plus beau entre Québec et Montréal »!

L’Histoire raconte qu’il y eut tout d’abord un moulin habité dans les années 1760 par Charles Raymond, qui exerçait le métier de meunier. Il acheta en 1769 avec Jean Bouillé une terre du côté ouest de la rivière. Vers la fin du XIXe siècle, Zéphirin Perreault aurait fait du moulin son atelier. Perreault, architecte de renom, habitait la belle maison victorienne, qu’on appelle aujourd’hui l’Auberge sur le Chemin du Roy.

L'hôtel Chateau de Pierre (coll. CARP).

L’hôtel Château de Pierre (coll. CARP).

Plus tard, un promoteur, conscient du potentiel touristique du lieu, érigea sur les ruines du moulin abandonné un luxueux hôtel appelé « Le Vieux Moulin ». Un article de journal de 1947 faisait ainsi la description de la propriété, alors à vendre : « Vaste bâtiment de construction solide, en pierre.  Intérieur flambant neuf, et fini moderne.  Cuisine ultra-moderne et complète.  Salle à dîner de 32 tables.  31 chambres avec eau courante.  Situé à mi-chemin entre Québec et Montréal, au bord du fleuve.  CENTRE TOURISTIQUE PAR EXCELLENCE.  Site pittoresque, avec possibilité d’agrandissement.  S’adresser à Lucien Charest, syndic licencié, 85, St-Pierre, Québec. »

Les photographies de l’époque nous révèlent une construction d’aspect monumental, avec trois étages d’occupation et un toit plat. L’hôtel sera plus tard coiffé d’un pignon à deux versants droits, ajoutant un quatrième étage d’occupation. L’hôtel porte alors le nom de « Château de Pierre ».

IMG_20160412_0010Le Château de Pierre a brulé une nuit d’avril 1952. Un article de journal fait état du sinistre : « La nuit dernière, le feu a consumé l’hôtel connu sous le nom de « Château de Pierre », causant des pertes évaluées à 100,000.$  Les flammes vraisemblablement allumées par un court-circuit ont forcé les résidents à sortir en vêtements de nuit.  L’hôtellerie renfermait  25 chambres et passait pour l’un des plus confortables entre Québec et Montréal.  Le propriétaire en est M. Louis Robert, homme d’affaires de Québec. »

Alys Roby en 1947, alors au sommet de sa gloire.

Alys Robi en 1947, alors au sommet de sa gloire.

Le Château de Pierre a brûlé, emportant avec lui l’écho des soirées endiablées qui s’y déroulaient. Ma sœur aînée m’a raconté qu’il se pourrait bien que les ruines paisibles conservent dans leur enclos le « jonc de mariage » de la chanteuse Alys Robi! En effet,  la célèbre artiste de cabaret est jadis venue chanter au Château de Pierre. Ce spectacle aurait eu lieu vers la fin des années quarante. On se souvient qu’Alys Robi avait la réputation d’être une femme de caractère, « tout feu, toute flamme »! Il semblerait que ce soir-là, après le tour de chant, quelqu’un de son entourage lui aurait appris – à tort ou à raison? – que son mari la trompait. Furieuse, la chanteuse lança alors son alliance au bout de son bras. On ne sait pas si cela se passait à l’intérieur ou à l’extérieur de l’hôtel. Le bijou s’est peut-être retrouvé dans la rivière, puis dans le fleuve… ou bien il a été égaré sur le terrain avoisinant l’hôtel, et soit avec les années, il s’est enfoncé dans le sol, soit quelqu’un l’a retrouvé et l’a gardé, ou encore l’a vendu. On ne saura sans doute jamais! Ce sont ces incertitudes qui ajoutent du mystère aux légendes.

Toujours à propos du Château de Pierre,  je vous raconte cette anecdote : le curé du temps avait mis ses paroissiens en garde contre ce qui se passait de « pas catholique » dans un certain endroit qu’il ne nommait pas, mais que chacun identifiait aisément. Il concluait en disant : « Il va sûrement arriver quelque chose ».  À ce qu’on m’a dit, ces paroles ont été prononcées peu de temps avant l’incendie de l’hôtel. Aurore Thibodeau Laplante, qui m’a raconté cette anecdote, aurait aujourd’hui 124 ans, et elle en racontait des choses! C’était un livre d’Histoire vivant : le ton, l’expression, le mime, tout y était. Elle est décédée en 1975 et comme vous pouvez le constater, je ne l’ai pas oubliée… il y a des gens comme ça!

© Madeleine Genest Bouillé, 12 avril 2016

En-tête de papier à lettre de l'hôtel Le Château de pierre.

En-tête de papier à lettre de l’hôtel Le Château de pierre.

Publicités

2 réflexions sur “Lady Alys et le Château de Pierre

  1. Bonjour Madeleine,

    Je voulais simplement te dire que Alys Robi écrivait son nom ROBI et non Roby parce que son vrai nom
    était Robitaille née en 1923.
    Tes grains de sel sont toujours pertinents et éducatifs. Les articles sur l’économie domestique m’ont
    beaucoup amusée. Merci

    Francine

    J'aime

    • Merci…je l’ai toutefois vu écrit avec un y…Mais les magazines et les journaux font parfois de ces fautes!
      Ah! l’économie domestique! On était vraiment dans un autre siècle, c’était plus près du XIXe que du XXe!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s