45 ans, déjà!

Eh bien oui! Notre bibliothèque municipale fête cet automne ses 45 ans d’existence. En 1972, le conseil municipal de Deschambault, alors dirigé par le maire Claude Sauvageau, adoptait le projet d’offrir à sa population une bibliothèque de prêt, laquelle serait installée au Vieux Presbytère.

Je me souviens de mes visites à la bibliothèque le vendredi soir, avec mes garçons d’abord et plus tard avec ma fille. Les livres pour adultes étaient rangés dans de grandes armoires dont le haut  était muni de portes vitrées, tandis que les étagères du bas offraient leurs trésors aux tout-petits qui s’asseyaient par terre pour fouiller à leur aise. Quelle belle acquisition!  Et c’était gratuit!

30e anniversaire de la Biblio, en 2002. Le maire de l’époque Jacques Bouillé avec l’une des fondatrices de la bibliothèque, Mme Aline Paquin. À l’extrême droite, on voit l’actuelle responsable, Mme Jacqueline Gignac.

Les premières bénévoles que j’ai rencontrées à la bibliothèque étaient Aline Paquin, Gabrielle Dussault et Yvette Loranger. Elles étaient présentes tous les vendredis, beau temps, mauvais temps! Puis, d’autres se sont ajoutées, dont, Jacqueline Gignac, qui est depuis plusieurs années déjà, la responsable, Marielle Vézina, Madeleine Bilodeau, Jeannette Paré, Cécile Bourgeois, Thérèse Tessier, ma petite belle-soeur Diane… et tant d’autres, que je ne peux toutes nommer, de peur d’en oublier! Si on ajoute les bénévoles actuelles, en comptant aussi celles qui ne sont plus de ce monde, ça doit bien faire une cinquantaine de femmes dont les âges varient maintenant entre 12 et pas loin de 80 ans.  Il ne faudrait surtout pas que j’oublie les quelques hommes, souvent des conjoints de nos bénévoles dont la présence nous est tellement utile, surtout lors de notre souper-spaghetti. Et, bien entendu, nos indispensables Guy et Yvon!

Au début, la bibliothèque ouvrait le vendredi soir seulement. Puis, la clientèle se faisant plus nombreuse, on a ajouté l’ouverture du mercredi soir. À ses débuts, notre bibliothèque était affiliée au Réseau de la Mauricie. En 1984, nous sommes passés au Réseau CNCA (Capitale-Nationale/Chaudière-Appalaches). Les volumes venant du Réseau étaient alors plus nombreux et nous avions déjà commencé à  nous enrichir d’une collection locale qui allait elle aussi en augmentant. En 1987, la bibliothèque déménageait dans l’édifice qui porte maintenant le nom de « Paul-Benoît », en rappel du premier maire de Deschambault.  Les présentoirs étaient dissimulés derrière des portes, sur le théâtre. Et les bénévoles s’installaient à la table du conseil pour faire les inscriptions et les retours! C’est à cet endroit que j’ai commencé à « bénévoler » à la bibliothèque; sous la tutelle de Gabrielle Dussault, qui ne négligeait aucun détail. Merci Gabrielle! C’est aussi en 1987, qu’à la suite d’un concours à l’école primaire, notre  biblio fut nommée « Biblio du bord de l’eau » : un nom bien simple, mais on ne peut plus significatif.

En 1993, la Municipalité de Deschambault se dotait d’un Hôtel de ville, en déménageant ses pénates dans l’ancien presbytère –  pas le « Vieux Presbytère », non, le deuxième, celui qui date de 1872.  Les pompiers qui logeaient à l’arrière de la salle s’en allait   dans l’ancien édifice de la compagnie des Autobus Gauthier.  Et nous avions enfin une vraie salle municipale rajeunie et embellie… ce qui signifiait un autre déménagement pour la bibliothèque, qui s’est retrouvée cette fois, à l’Hôtel de ville, au rez-de-chaussée. Mais, on supposait déjà que cet aménagement  n’était que temporaire.

En 1994, la Municipalité acquérait le couvent des Sœurs de la Charité de Québec, dont les dernières religieuses nous avaient quittés à la fin de juin. Déjà on prévoyait  la création  d’une école de  musique qui viendrait perpétuer l’enseignement musical qui avait toujours eu une place de choix du temps des religieuses.  L’ancien parloir abriterait le bureau de la Fabrique, le vestiaire, qui de mon temps d’écolière s’appelait « externat »,   viendrait continuer l’ouvroir que Sœur Lucienne avait déjà créé depuis quelques années. Une salle de réunion, complétait le côté nord du rez-de-chaussée. Évidemment, il était déjà prévu  que les deux pièces contigües à l’avant du côté sud, seraient  dévolues à la Biblio du Bord de l’eau. Le 15 octobre 1995, la bibliothèque déménageait une fois encore… mais on nous assurait que cette fois c’était pour longtemps.

Vingt-deux années ont passé… Lors de l’installation de la bibliothèque au couvent, la responsable était Claire Matte. Ceux qui ont connu Claire savent qu’elle ne comptait pas ses heures de bénévolat; elle avait donc eu l’idée d’ouvrir le lundi dans l’après-midi en plus des mercredi et vendredi soir.  C’était une idée de génie!  Encore maintenant,  c’est la  plupart du temps la période la plus achalandée. Mais… il y a toujours un « mais »! Vingt-deux ans plus tard, la belle bibliothèque spacieuse, bien organisée, meublée de présentoirs  et de comptoirs assortis, est pleine, elle déborde! On a ajouté des présentoirs, de formes, de couleurs et de matériaux différents,  les quelques deux ou trois cents volumes  du Réseau qui sont changés trois fois par année, se comptent  maintenant aux alentours de 800. La  collection locale que nous présentions fièrement en 1995, à 2,500 livres, est rendue à environ 4,000. On ne doit quand même pas se plaindre le ventre plein! Des réaménagements sont prévus, dans  le  plan de rajeunissement de la vénérable bâtisse qui date de 1861. Notre bibliothèque sera sûrement  rénovée,  de quelle façon?  Je n’en ai aucune idée, mais j’ai confiance. Une bibliothèque municipale, qui compte pas loin de 30 bénévoles et qui dessert la population depuis 45 ans, c’est pas rien, ça mérite considération!

Je ne peux terminer sans rappeler à notre souvenir les amies bénévoles qui nous ont quittés : Rita Delisle, Marthe Mongrain, Madeleine Bilodeau, Yvette Loranger, Jeannette Paré, Claire Matte, Céline Naud et Diane Collette-Genest. J’ose espérer que la bibliothèque céleste est bien garnie… Il ne faudrait quand même pas qu’elles s’ennuient!

La Biblio du Bord de l’eau  ne fait pas que du prêt de livres! Les bénévoles s’impliquent dans plusieurs activités culturelles et communautaires et participent ainsi à la vitalité de notre milieu: souper spaghetti, spectacle pour enfants à la Fête nationale, conférences diverses, rallye, heure du conte, club de lecture, lancement de livres d’auteurs locaux, et depuis maintenant deux ans, la Biblio a pris le relais du Cercle des Fermières et organise le traditionnel déjeuner de la St-Jean!

© Madeleine Genest Bouillé, 1er octobre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s