Bal au Vieux Presbytère

Le Vieux Presbytère de Deschambault (construit en 1816), du temps des soirées Bonne Chanson...

Le Vieux Presbytère de Deschambault (construit en 1816). ©Coll. privée Madeleine Genest Bouillé.

Au début des années 70, quelques personnes avaient décidé de donner une deuxième vie au vieux presbytère, en mettant sur pied une association qui porterait comme de raison le nom de Société du Vieux Presbytère. Tout d’abord, on restaura la vénérable bâtisse  datant de 1815. Puis, l’important étant d’amener les gens de Deschambault à fréquenter le Vieux Presbytère, les dirigeants du nouvel organisme s’ingénièrent à multiplier les occasions! Je me souviens du premier souper des membres de la Société… on parlait alors de repas « à la fortune du pot ».  Une formule qui peut être gagnante, à la condition que les convives se consultent un tant soit peu. Mais qu’importe, on y  a eu tellement de plaisir! Par la suite, on a adopté pour nos rencontres le menu « soupes-desserts » qui  s’est maintenu pendant plusieurs années. Dans le même esprit d’ouverture, au cours des premiers étés, l’embauche d’étudiants permettait de présenter des expositions à caractère historique et en même temps, offrait aux enfants d’âge scolaire quelques semaines de ce qu’on appelle maintenant un « camp de jour ». Ce fut un succès! La vieille bâtisse devait se sentir ragaillardie par la présence de ces jeunes aussi bien que des moins jeunes qui la fréquentaient.

La conquête du Vieux Presbytère s’est faite grâce à ces diverses activités, mais aussi, il faut bien en convenir, grâce aux soirées dansantes qu’on y a tenues. La première de ces veillées eut lieu en novembre 1973 ou 74; la date n’est pas inscrite sur les photos. On avait choisi d’inaugurer par un Bal d’époque la belle salle toute neuve, avec son plancher bien ciré! Impossible de trouver un plus bel endroit pour tenir ce genre de soirée. Imaginez un peu : des tentures bordeaux habillaient les fenêtres de la salle, un piano installé sur une petite estrade attendait les musiciens… et en haut du petit escalier casse-cou, un mini bar recevait les danseurs assoiffés, avec un petit verre de caribou, boisson d’époque, s’il en est! De plus, pour faire encore plus « bal », une hôtesse, vêtue d’une vraie robe d’époque, accueillait les gens avec son sourire et ses belles manières on ne peut plus XIXe siècle! Je n’ai malheureusement pas de photos de Mademoiselle Gracia Arcand, la bien nommée, dans sa robe de soie noire, rehaussée de quelques très beaux bijoux.

Dans les soirées d’autrefois, on dansait, on causait, on prenait un petit verre pour se réchauffer d’abord, se désaltérer ensuite, mais aussi on chantait. Par chez nous, depuis toujours, il n’y a pas de veillée, ni de fête sans chansons. Qu’on se rappelle la très vieille chanson de « François Marcotte, qui s’habille bien propre, pour aller à Deschambault, chez Monsieur Boudreau… » Qu’importe le style, de la chanson à répondre à la  sérénade, en passant par la  chanson comique,  avec ou sans accompagnement, on chante! C’est ce qui se passait au cours de nos veillées au Vieux Presbytère. Une chanson en amenant une autre, les pauses s’allongeaient… ce qui donnait aux danseurs le temps  d’aller se rincer le gosier au près du « tenancier » du bar.

©Coll. privée Madeleine Genest Bouillé

©Coll. privée Madeleine Genest Bouillé

Sur la première photo, on voit justement Mesdames Joséphine Petit-Dussault et   Blandine Naud-Paré, avec Monsieur Jean-Marie Du Sault; il me semble les entendre chanter : « Plaisir d’amour, ne dure qu’un moment… chagrin d’amour dure toute la vie ». En rappel, les deux dames, dont les voix s’harmonisaient si bien,  chantaient Le tricot de laine, de Théodore Botrel, une bien triste histoire!

©Coll. privée Madeleine Genest Bouillé

©Coll. privée Madeleine Genest Bouillé

Une deuxième photo  montre  Monsieur Albert Paris,  accompagné au piano par ma tante Rollande Petit-Hamelin, et moi; je chantais sans doute la belle chanson Roses de Picardie, que Monsieur Paris jouait admirablement sur son violon! Que de beaux souvenirs…

Dans un bal, on danse! Sur la troisième photo, c’est mon cousin Jean-Claude (Tico) Petit, qui nous faisait danser au son de son accordéon; il est accompagné au piano par  ma tante Gisèle Petit. Prenez le temps d’admirer sa robe : elle avait été cousue par ma mère tout comme la mienne et celle de ma sœur Élyane, qu’on voit sur une autre photo avec son époux.

Le Bal d’époque s’inscrivait dans les activités d’automne, alors que les soirées rallongent  et qu’on reprend goût aux divertissements d’intérieur. Ces soirées se sont poursuivies durant  environ  une dizaine d’années; puis au cours des années 90,  on a repris la formule  deux ou trois fois. Plusieurs genres de soirées ont été tenus au Vieux Presbytère. Pendant quelques années, un groupe de Fermières, portant le nom « d’Atelier des Mains Agiles »,  avait organisé des soirées « Carnaval de Rio », dont je n’ai aucune photo, et c’est bien dommage car il y avait là de très jolis costumes. Après les Fermières, cette activité a été reprise par les mêmes personnes, mais sous l’égide du Club Optimiste. Nous avons connu aussi le Bal des Guenillous; encore une soirée costumée…. mais vraiment sans prétention! Et toujours, on dansait, avec la musique de Tico et Ti-Clin (André Paris, qu’on voit sur cette dernière photo).

©Coll. privée Madeleine Genest Bouillé

©Coll. privée Madeleine Genest Bouillé

Avec le temps, les gens de Deschambault et d’ailleurs ont appris par cœur le chemin pour se rendre au Vieux Presbytère… surtout quand il y avait un bal!

© Madeleine Genest Bouillé, 20 octobre 2016

Chansons d’automne…

chantdautomne

Il fut un temps où, au Vieux Presbytère, on présentait des soirées « Bonne Chanson ». L’idée nous en était venue après avoir constaté que lors de nos soirées de musique, piano-bar ou musique traditionnelle, il y avait toujours un moment dans la soirée où l’un ou l’autre des participants entonnait une chanson, que tout le monde reprenait ensuite. Entraînés par la musique, on finissait par chanter en chœur; une chanson succédait à l’autre. Souvent alors, la soirée se prolongeait… Quand on se quittait, c’était pour se dire : « On devrait en faire plus souvent des soirées comme ça! »

Le Vieux Presbytère de Deschambault (construit en 1816), du temps des soirées Bonne Chanson...

Le Vieux Presbytère de Deschambault (construit en 1816), du temps des soirées Bonne Chanson…

La première soirée Bonne Chanson a eu lieu en novembre 1993 ou 1994, je ne suis pas certaine. On avait invité les gens à apporter les cahiers de La Bonne Chanson de l’Abbé Gadbois. On avait préparé un programme « au cas où » pour débuter la soirée et réchauffer la salle, en se disant que la suite viendrait tout naturellement, dès lors que les gens proposeraient une chanson, en solo, en duo ou en chœur. Et c’est ainsi que ça se déroulait. La saison se prêtait bien à ce genre de veillée. Il y a tellement de belles chansons qui parlent de l’automne! En commençant par La dernière rose de l’été : sur une musique irlandaise, l’auteur nous dit que « Si demain, tu cueilles une rose, dont le cœur est déjà fané… dis-toi bien que cette rose est la dernière de l’été. » Cette autre chanson, intitulée simplement Chant d’automne, résume à elle seule nos soirées automnales : « Lorsque le vent du soir s’alanguit et pleure, Et que tous les enfants sont dans la demeure, Ah! qu’il fait bon chez-soi près du feu pétillant qui chante, En cercle l’on s’assoit loin de la tourmente. »

Charles-Émile Gadbois (1906-1981), fondateur de La Bonne Chanson.

Charles-Émile Gadbois (1906-1981), fondateur de La Bonne Chanson.

Impossible d’évoquer les soirées Bonne Chanson, sans parler de Louiselle et de Joachim, un couple charmant, qui était toujours présent partout où ça chantait! Parmi leur vaste répertoire, ils chantaient ce duo, Chanson d’automne, dont le refrain nous invite : « Viens cueillir encore un beau jour, en dépit du temps qui nous presse, et mêlons nos adieux d’amour, aux derniers parfums de la brise. » Depuis, Louiselle et Joachim ont quitté leur maison au bord du fleuve pour une résidence plus apte à leurs besoins, puis encore une fois, ils ont changé de nid… Ainsi ils peuvent continuer de cueillir chaque beau jour qui s’offre à eux et ils profitent ainsi des parfums de la brise tant qu’il leur est possible de le faire!

Quatre rubansDans la Bonne Chanson, on retrouve des chansons très vieilles, qui ont été reprises et transformées maintes fois, et qui souvent racontent une histoire… généralement triste! Ainsi en est-il de la chanson Les quatre rubans. C’est l’histoire d’une vieille femme qui décrit sa vie en « quatre rubans » : sa vie de jeune mariée, représentée par le ruban blanc; le ruban bleu, pour sa vie de jeune mère; devenue veuve de guerre, elle porte le ruban rouge; et plus tard, ayant perdu ses fils et son époux, elle porte désormais le ruban noir. Une autre chanson, parmi les plus connues, Mon chapeau de paille, raconte l’histoire d’un patriote de la région du Richelieu en 1837. L’abbé Gadbois faisait une large place aux chansons bretonnes de Théodore Botrel. Cet auteur a composé des berceuses, des chansons de marin et surtout de femmes de marins, comme La Paimpolaise… « qui attend au Pays Breton ». Il a aussi écrit des chansons, comme Le couteau, faites pour être mimées. Cette dernière était l’une des favorites des soirées Bonne Chanson.

Une autre incontournable de nos soirées, c’est Souvenirs d’un vieillard. Elle était le plus souvent chantée par Joachim et on reprenait en chœur le refrain : « Dernier amour de ma vieillesse, venez à moi, petits enfants… Je veux de vous une caresse pour oublier mes cheveux blancs. » La soirée n’aurait pas été complète sans la chanson du Grand Lustucru, de Botrel, qui était comme un clin d’œil à la fête de l’Halloween. Et comme il faut toujours un rappel… pour clore la veillée, Louiselle et Joachim nous chantaient L’hiver a chassé l’hirondelle : « Le dur hiver s’avance, adieu les belles nuits, d’amour et d’espérance, les oiseaux nous ont fui… L’hiver a chassé l’hirondelle, l’hiver a chassé les beaux jours. Mais de notre cœur, ô ma belle, l’hiver ne peut chasser l’amour. »

Que de belles soirées! Nul doute qu’on devrait en faire encore des veillées comme ça!

© Madeleine Genest Bouillé, septembre 2015