L’amour, ce qu’on en dit et ce qu’on en pense!

oqwp8iy6La Saint-Valentin est à nos portes et on ne peut quand même pas faire comme si cette fête des amoureux nous laissait indifférents! Mais qu’est-ce que cet amour dont on parle sur tous les tons, de la comédie à la tragédie? Dans l’opéra de Carmen, on chante que : «  l’amour est enfant de Bohème, qui n’a jamais connu de loi »… c’est grandiose, dramatique! Par contre, ce qu’on nous fait voir dans les films, à la télévision ou sur Internet et ce qu’on lit dans les revues et les romans modernes nous montre l’amour comme quelque chose de « capotant », une flambée qui dure le temps d’un beau feu d’artifice… c’est-à-dire, pas longtemps!

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais pour ma part, je crois que l’amour, le vrai, c’est plus que ce petit feu de camp qui réchauffe seulement les mains, laissant le dos frissonnant dans la fraîcheur du soir. On a à peine le temps de faire griller quelques guimauves, et c’est fini! Tout le monde sait qu’un feu qu’on n’attise pas meurt tout doucement… Les braises ont fréquemment besoin d’être réveillées.

carte-postale-ancienne-amourPour étoffer mon grain de sel, je suis allée voir ce qu’en disent les penseurs, les écrivains, quelques saints même, toutes gens d’époques différentes. Tout d’abord, saint Paul, ce saint sévère à qui on reproche parfois de ne pas aimer les femmes, consacre tout une épître à l’amour; ça se résume en ces mots : « Si je n’aime, je ne suis rien ». Saint Augustin – un saint qui ne l’a pas toujours été – précise que « La mesure de l’amour, c’est d’aimer sans mesure ». D’une façon très poétique, un proverbe africain dit : « Là où l’on s’aime, il ne fait jamais nuit ». Si l’amour peut éclairer la vie, la comtesse de Ségur nous prévient qu’il est aussi « comme la lune : quand il ne croît pas, il décroît ».

Qu’est-ce donc que cet amour dont on ne parle souvent qu’à demi-mot – sans doute pour ne pas l’effrayer – et qui est la cause de tant de bonheur et aussi, de tant de malheur ? D’après Victor Hugo – un infidèle notoire – « Aimer, c’est la moitié de croire ». Et qui ne connaît pas cette phrase de Saint-Exupéry : « S’aimer, ce n’est pas se regarder l’un, l’autre, c’est regarder ensemble vers la même direction ». L’auteur du Petit Prince dit aussi : « L’amour véritable commence là où il n’attend rien en retour ». Philosophe français, du début du XXe siècle, Gabriel Marcel nous donne cette très belle définition : « Aimer un être, c’est espérer en lui pour toujours ». L’amour vrai peut même se passer de paroles selon cet autre philosophe français, Jean Guitton : « L’amour solide, c’est pouvoir se taire ensemble sans briser l’entretien ».

presentationQui n’a pas déjà lu ou entendu ces vers de Rosemonde Gérard : « …et chaque jour je t’aime davantage… aujourd’hui, plus qu’hier, et bien moins que demain ». Dans l’amour qu’est-ce qui importe? Michel Quoist dit : « L’essentiel de l’amour n’est pas de faire quelque chose pour l’autre, mais bien d’être là pour l’autre ». Dans la même veine, Félix Leclerc nous dit : « L’amour se passe de cadeau mais pas de présence ». De Félix, j’aime beaucoup cette autre pensée : « Le verbe AIMER pèse des tonnes : des tonnes de chagrins, d’inquiétudes, de joies, etc… Ne le fuis pas. Le verbe NE PAS AIMER pèse encore plus lourd ».

Donc, aimer, c’est être là pour l’autre, espérer en lui, croire en lui. Ce n’est pas tout.  C’est d’un écrivain autrichien, Reiner Maria Rilke, que nous vient cette pensée : « Le plus beau cadeau que l’on puisse faire à la personne aimée, c’est la liberté ». Celle-là, elle mérite d’être lue, relue et méditée!

Quand j’étais étudiante, la mode était aux carnets d’autographes. C’était un accessoire indispensable et c’était à qui aurait le plus de signatures. Sur la première page de mon carnet, mon père avait écrit ceci : « Rien ne fait un effet plus magique que celui d’être aimé. C’est comme si le bon Dieu posait la main sur votre épaule ». Et voici un proverbe russe qui en dit long : « Les défauts sont épais là où l’amour est mince ». À ceux qui croient que l’amour et le mariage sont incompatibles, André Maurois dit ceci : « Un mariage heureux est une longue conversation qui semble toujours trop brève ». Et que dire de ce si joli poème de Félix Leclerc :

st-valentin-3« Plus fragile que la feuille à l’arbre, la vie.
Plus lourde que montagne au large, la vie…
Légère comme plume d’outarde,
Si tu la lies, à une autre vie…
Ta vie… »

 Il y en aurait tant d’autres, de ces pensées, maximes et poèmes, et que dire des chansons, telles l’immortelle Parlez-moi d’amour! Tous nous parlent de l’Amour avec un « grand A ».  Je termine avec ces deux petits mots qui en disent beaucoup :

De Julos Beaucarne, le barde belge : « Plus on aimera trop, moins ce sera assez ».

Et de Victor Hugo : « Moi, je ne veux qu’aimer, car j’ai si peu de temps! »

Bonne Saint-Valentin à  chacun et chacune de vous!

© Madeleine Genest Bouillé, 11 février 2017

Félix l’a si bien dit…

Novembre, ce n’est pas un mois ordinaire; disons que malgré sa triste apparence, je lui trouve un certain charme. Un charme un peu fané, comme les fleurs séchées qu’on garde en souvenir entre les pages d’un livre… Je lis beaucoup; à la bibliothèque, je choisis parfois des livres d’auteurs que je ne connais pas, il m’arrive ainsi de faire des découvertes intéressantes, d’autres par contre sont décevantes. Mon choix est souvent dicté par un titre qui m’accroche, comme celui-ci par exemple : Zut! J’ai raté mon gâteau, un  roman lu récemment et qui s’est avéré très intéressant. Mais j’aime de temps à autre, me replonger dans mes vieux livres, dont ceux de Félix Leclerc, Adagio, Andante et Allegro. Ces lectures m’amènent invariablement au très beau texte intitulé « Les matins », dans Andante,  paru en 1944. Dans ce long poème en prose, Félix fait le tour de nos quatre saisons, qu’il préfère diviser en matins de cinq couleurs différentes, or, gris, blanc, noir et rouge. Pour exprimer ce que je ressens en ce mois de novembre, je vous cite quelques extraits des « matins gris ».

automne-2015hiver-2016-092

« …Puis viennent les pluies d’automne, l’approche de la Toussaint, de l’Armistice. Ce sont les matins gris. Il faut faire un effort pour sortir du lit, pour sortir de la maison, pour sortir de la ville. Le ciel est sale… Il pleut lentement, quelques gouttes à la fois, tristement, sans arrêt. On a enlevé les jalousies vertes et on a posé les châssis doubles. On cache les vêtements d’été. C’est l’hiver qui vient. À quatre heures de l’après-midi, on allume les lampes, on évite la solitude. On se veut tous ensemble. On fait de la musique.  On se réunit le soir pour parler. Dans les hôpitaux, les malades disent aux gardes : « Reculez-moi de la fenêtre ». Il fait froid, on fait du feu. On pense à ceux qui coucheront dehors ce soir. On est résigné parce qu’il le faut bien, parce que c’est le mois de novembre. Le vent souffle, la vie est dure, c’est la montée. Plusieurs n’ont pas le courage de suivre, c’est pourquoi le mois des morts a été placé là. »

2012-01-18-065C’est bien vrai, novembre, ce n’est plus le bel automne flamboyant. Pendant quelques jours encore, selon les caprices de Dame Nature, les mélèzes seront les seuls, avec les bouleaux et les trembles, à nous offrir leur participation au festival des couleurs. Ils apporteront leur touche de vieil or, pour nous faire accepter en douce le passage à la dernière étape. C’est un « entre-deux », une espèce de temps suspendu. C’est important dans le calendrier des jours et dans celui de la vie aussi, ces étapes « entre-deux ». Ça nous empêche d’aller plus vite que les violons. Tout va tellement trop vite dans ce siècle qui se prend pour un autre, parce qu’il est le 21e ! On pousse sur les enfants pour qu’ils deviennent au plus vite « autonomes »… plus tard on se plaindra qu’on les perd de vue trop tôt. On ne prend plus le temps de penser, de réfléchir. Il faut aller vite, on est toujours rendus deux saisons plus loin, quitte à en perdre des bouts.

photos-8janv-2015-128

J’essaie de prendre le temps de vivre chaque saison – celles de l’année et celles de la vie – avec ce que chacune a de particulier. Ainsi, novembre avec ses beautés, plus subtiles, moins éclatantes, mais bien présentes quand même. Surtout que les soirées sont plus longues, il faut en profiter;  il y a plein de choses à faire.  Ce n’est pas encore l’hiver avec son décor blanc et ses garnitures des Fêtes… mais on peut commencer à s’y préparer, c’est pour bientôt!

© Madeleine Genest Bouillé, 6 novembre 2016

Saint-Jean ou solstice, c’est la Fête!

Une vieille chanson de folklore me tourne dans la tête en ces jours de fin juin et de début d’été… Saint-Jean ou solstice, avec pleine lune d’été en prime, de toute façon, c’est la Fête! Le refrain se chante allègrement :

 « Va, mon ami, va, la lune se lève
Va, mon ami, va, la lune s’en va! »

Tandis que les couplets disent :

« Voici la Saint-Jean, faites la veillée
Vos promis seront tous à l’assemblée… »

 « Le tien n’y est pas, j’en suis désolée
Il est à Paris ou dans la Vendée… »

Qu’apportera-t-il à sa bien-aimée?
Et la bague d’or et la robe blanche. »

Spectacle pour enfants, St-Jean 2015.

Spectacle pour enfants, St-Jean 2015.

Depuis toujours, à ce que j’en sais, la fin des classes et la Saint-Jean, ça va de pair. Quelques jours après le solstice, c’est vraiment la fête du début de l’été. Quand mes enfants étaient étudiants, ils se faisaient une fête de brûler leurs cahiers d’école à la Saint-Jean… enfin c’était ce qu’ils se promettaient chaque année. L’ont-ils fait? Je n’en suis pas certaine. De mon temps, on ne nous aurait pas permis de brûler nos cahiers, d’en faire un feu de joie! Surtout que tant qu’il restait des pages blanches, ça pouvait toujours être utilisé comme cahier de brouillon. Mais, par contre, avec quelle joie on garrochait notre sac d’école au fond d’une armoire, quand ce n’était pas tout simplement en dessous du lit!

Papa qui joue au fermier... sur la faucheuse du voisin.

Papa qui joue au fermier… sur la faucheuse du voisin.

Au solstice d’été jusqu’après la Saint-Jean, je dirais que non seulement il est permis de redevenir jeune et insouciant, mais que pour notre santé mentale, ça s’impose! Chez nous, du temps où mon père travaillait à Montréal, la Fête des Pères passait tout droit, papa n’étant presque jamais à la maison en ce jour. Mais dès le début de juin, Maman nous disait « Votre père va venir à la Saint-Jean… il a son congé. » À l’époque, il y avait moins de congés que maintenant. Cette fête était donc pour nous encore plus importante,  puisque papa y était! Comme on avait hâte à ce jour qui marquait le début de l’été, des vacances! Juste le mot « vacances »… c’est rempli de soleil, de musique, d’éclats de rire! C’est un mot chargé de plaisirs anticipés. Des matins où rien ne nous oblige à nous lever tôt, mais où on se lève quand même, pour avoir encore plus de temps pour jouer. Et les soirées où l’on veille dehors bien après que la noirceur est tombée! Ces mots : « Saint-Jean », sont comme les deux notes d’une cloche qui résonne joyeusement!

IMG_20160621_0001Il n’y avait pas au temps de notre jeunesse de festivités comme on en connaît maintenant. Il arrivait qu’on fasse un feu sur la grève le 24 juin. En 1964, au lendemain de la Saint-Jean, nous descendions en Gaspésie pour notre voyage de noces. Dans les villages tout le long du fleuve, il y avait des vestiges de feux de bois sur la grève… C’était d’ailleurs une coutume dont Félix Leclerc a parlé dans l’un de ses premiers livres, Adagio. Il raconte que « le feu sur la grève, c’est la Patrie… que plus on dit dans les écoles que le Québec est la plus belle place au monde, plus le feu est haut. Plus les enfants sont fiers de parler le français, plus le feu est clair. Un feu, tout dépend ce qu’on met dessus… il ne faut pas dire qu’on n’est bon à rien, ça éteindrait le feu. Faut rire, chanter, danser, écrire, peindre, s’amuser dans notre langue, le français; ça c’est de belles brassées de bouleau dans le feu. Un beau concert, une belle terre, une belle messe bien chantée, ça c’est des grosses bûches de merisier dans le feu. Ça réchauffe, ça brille, ça protège, ça conserve.  Tant qu’il y aura de ça, il y a pas de soin, il y aura une Patrie sur la grève! »

Il écrivait bien Félix, il savait dire les choses. Il savait nous faire aimer notre langue, notre patrie. Justement dans ce texte, « Le feu sur la grève », il terminait avec ceci : « Comme mon père m’avait dit de te dire, écoute bien : Quand on prend des exemples de courage, de ténacité, chez les ancêtres d’il y a deux ou trois siècles, c’est pour se souvenir qu’on a possédé des valeurs héroïques, mais c’est aussi pour admirer, encourager ceux d’aujourd’hui qui possèdent sans le savoir absolument les mêmes dons que leurs aïeux…. Parle des ancêtres à tes enfants! »

Bonne Saint-Jean à vous tous et toutes!

© Madeleine Genest Bouillé, 21 juin 2016

Spectacle de la St-Jean, 1976 (Musée virtuel du 300e, Culture et patrimoine Deschambault-Grondiens).

Spectacle de la St-Jean, 1976 (Musée virtuel du 300e, Culture et patrimoine Deschambault-Grondiens).